Le guide pour savoir quoi faire près de chez vous!

Ramuntcho matta

Date de l'événement

Du vendredi 15 juin 2018 à 18h00 au samedi 15 septembre 2018 à 18h00

Lieu de l'événement

Galerie ecritures 1 rue pierre petit
Montluçon 03100

Contacts/Organisateur

Voir sa page: Galerie ecritures

Présentation

Ramuntcho MATTA Les Champs du Chant Exposition du 15 juin au 15 septembre 2018 Vernissage le 15 juin à 18 h Galerie ECRITURES 1 rue Pierre PETIT 03100 MONTLUCON Il y a bien longtemps que je voulais proposer une exposition à Ramuntcho MATTA, artiste multimédium. Car s'il est musicien, la rencontre avec Ramuntcho ne s'est pas faite seulement autour de la chanson et de la musique, mais elle s'est faite dès les années 80 à travers la poésie et la peinture, grâce à Brion GYSIN. C'était au début de la création d'ECRITURES, j'allais souvent à Paris chez Brion qui a collaboré tout de suite à la revue. Il m'a rapidement fait rencontrer Ramuntcho qu'il aimait beaucoup et dont il appréciait le travail. Avec Ramuntcho, nous ne nous sommes pas souvent retrouvés chez Brion, car ce dernier aimait recevoir individuellement les gens qu'il appréciait, mais nous parlions souvent de lui. A cette époque, en plus de l’écriture et de la peinture, la musique était présente aussi, que ce soit celle de Ramuntcho ou de Genesis P-Orridge, que nous faisait écouter Brion en expérimentant la Dream Machine. Puis est arrivée l'époque de « Toi, toi mon toit » et Ramuntcho m'a fait découvrir ses autres créations en collaboration avec Brion Gysin, Don Cherry, Elli Medeiros, Polo Lombardo, Lou Reed .... Le graphisme de ses pochettes d'alors m'avait beaucoup plu avec des écritures et des dessins qui racontaient des histoires comme celles que l'on retrouve dans son travail d'aujourd'hui. J'avais très envie que Ramuntcho montre ses créations à la galerie, ici à Montluçon, et alors qu'il a gentiment accepté, nous avons convenu de réaliser un carnet autour du travail qu'il nous présente dans cette exposition, carnet que nous avons édité et qui sera en vente à la galerie.

Entre Elli Medeiros, Don Cherry, William Burroughs et Lou Reed, il y a Ramuntcho MATTA Ramuntcho Matta est un artiste pluridisciplinaire français né le 4 février 1960 à Neuilly-sur-Seine. Il est le fils du peintre chilien Roberto Matta, frère du plasticien et architecte Gordon Matta-Clark et de Federica Matta, il a vécu dans une illustre famille de créateurs en choisissant d'abord la musique comme principal support, notamment lorsqu'il habitait à New-York à la fin des années 70.  Diagnostiqué autiste à la naissance, sa thérapie reposera sur l’apprentissage de la musique et du yoga. À 7 ans, il s’initie à la guitare auprès du Cuarteto Cedrón. En 1974-1975, il intègre successivement la Schola Cantorum pour le piano et le Conservatoire Rachmaninoff pour l'harmonie.

À l'âge de quinze ans, il fréquentait déjà Burroughs, Don Cherry, les poètes beat mais surtout Brion Gysin, poète sonore et écrivain beat américain qui avait élu résidence à Paris, et véritable inventeur de la technique du cut up selon Burroughs. « Je suis tombé sur un directeur d'école quand j'avais 15 ans qui m'a fait un deal : tu viens en cours de philo et de poésie et je ne dirai pas à tes parents que tu ne vas pas à l'école. Je veux que tu ailles faire les courses pour un ami à moi qui est très malade. Cet ami c'était Brion Gysin. Je me suis trouvé l'assistant et le secrétaire de Brion Gysin. Mais surtout je découvre Burroughs, Iggy Pop, David Bowie, Ginsberg. Je lis ce livre qui s'appelle The Third Mind qui montre, qu'à deux personnes, on peut créer une troisième personne. Donc mon travail, quand je travaille avec un artiste, avec un autiste, avec un musicien, c'est essayer de voir ce qu'il y a en lui, c'est pas de projeter. J'ai une espèce de don pour rendre la personne à l'aise avec son mal-être ». 

En 1979, il part étudier à la "Third Street School of Music" à New York. Il rencontre Laurie Anderson qui lui expose ses concepts architecturaux appliqués à la composition et rencontre John Cage. En 1981, il rencontre Don Cherry et initie avec lui une collaboration musicale qui donnera naissance à plusieurs albums. À partir de 1984, il collabore avec une artiste uruguayenne, Elli Medeiros, sa future épouse ; il élabore avec elle une chanson « Toi mon toit », suivie de plusieurs albums trouvant une possibilité de modeler une nouvelle pop française mêlée d’influences afro-cubaines. Le tube "Toi, Mon Toit". De nature discrète, il fut mis à la lumière avec la composition et la production du titre « Toi mon Toit », tube d’Elli Medeiros sorti en 1986, soit une paire d'années après Les Nuits de la Pleine Lune de Rohmer et la séparation du duo Elli & Jacno. Ce morceau, à l'image du parcours de Ramuntcho Matta, lui est arrivé dessus de manière plutôt accidentelle, alors qu'il n'aspirait pas nécessairement à pénétrer l'industrie du disque : « Je fais une grand distinction entre l’art et l’industrie du disque. Ça m’est tombé dessus, je n’ai rien fait pour, ma mère est tombée malade et je suis tombé amoureux. Pour Toi Mon Toit, j’avais en tête un morceau de Meredith Monk qui faisait « you you you you », et moi j’entendais « toi toi toi toi », c’est comme ça que « Toi Mon Toit » est née. C’était une vraie chanson d’amour. » « Après "Toi Mon Toit », beaucoup de maisons de disques m’ont donné beaucoup d’argent pour refaire des tubes. Mais moi ça ne m'intéressait pas,  j’allais à fond dans la direction de l’artiste. Les mecs de maisons de disques gueulaient, mais je leur disais que c’était précisément mon travail, d’accompagner les artistes. »

Après ce début de carrière artistique dans la musique de style variété pop rock à la fin des années 70, il s'oriente plus tard sur des sujets de création plus singuliers dans lesquels il utilise aussi les arts plastiques par delà son travail de compositeur afin de donner forme à des questionnements, des sujets de création plus singuliers et complexes utilisant parfois le son, le dessin, la vidéo, l'espace, les mots ou des combinatoires. En 1989, il monte un studio d'enregistrement au Portugal. De 1991 à 2000, en tant que consultant en arborescence émotionnelle et concepteur sonore, il travaille sur des habillages sonores, des projets de CD-roms éducatifs, des scénographies interactives. Il enseigne une méthodologie du doute et est directeur du Bureau du doute à l’ENSCI. Depuis 2000, Ramuntcho Matta développe sa pratique artistique et collabore au sein du label SometimeStudio à la production d’artistes soit oubliés, soit à découvrir. En 2008, il fonde le projet Lizières, plateforme de réflexion et d’échanges autour des notions de cultures et de ressources, avec pour objectifs de faire sortir l'avant-garde de son isolement et de donner des espaces de liberté à l'expérimentation. En 2011-2012, il réalise un long métrage, Intimatta, consacré à son père l'artiste Roberto Matta, qui reçoit le soutien du Conseil national de la télévision chilienne Chris Marker en tentant de définir son travail trouva l'adjectif: "multimedium". En tant que compositeur, il a réalisé 23 CD solo et a collaboré à une vingtaine d'autres disques. Il a exposé ses travaux multimediums à Paris, New York, Londres, Madrid, Barcelone, Tokyo et Rome. Depuis toujours, Ramuntcho Matta semble avoir passé son temps à semer ses poursuivants, des requins de maisons de disques aux promoteurs, producteurs ou mécènes plus ou moins mal intentionnés. (« Si on veut avancer, il faut rester dans l’ombre. C’est de là qu’on voit le mieux la lumière »). « Avec Laurie Anderson, j’ai découvert la construction sonore. Avec Robert Wilson, j’ai découvert certaines notions de scénographie et d’espace. Avec Don Cherry, j’ai découvert une conscience du jazz, de l’improvisation... Avec Brion Gysin, j’ai découvert la narration. Avec Félix Guattari, j’ai découvert le multiple. Avec John Cage, j’ai découvert l’aléatoire. Avec Chris Marker, j’ai découvert la synthèse. Avec la musique, j’ai découvert la complémentarité. Avec mon père, j’ai découvert le ”regarder”. Avec mon chat, j’ai découvert le ronronnement. »

Vous pourriez être intéressé par:
Rechercher sur le site:
0.237070798874 sec